Rosetta est une mission de l’Agence spatiale européenne dont l’objectif premier est de caractériser le noyau et l’environnement de la comète Churyumov-Gerasimenko (composition, propriétés physiques, morphologie, activité). La mission permettra de comprendre les premiers stades d’évolution du système solaire en étudiant des objets primitifs, très peu modifiés depuis cette époque. Présentes depuis le début de la mission, les équipes de Gfi Informatique ont eu un rôle déterminant dans le développement du centre de mission de atterrisseur Philae.

La sonde Rosetta a été lancée en 2004 et a atteint la comète en août 2014. L’atterrisseur, Philae, sera largué le 12 novembre vers le noyau de la comète après une phase de cartographie et de modélisation qui aura duré 3 mois. Cette phase a permis de déterminer le site d’atterrissage et la trajectoire de descente. Porteur entre autres d’une caméra panoramique et de 2 instruments d’analyse d’échantillons, l’atterrisseur permettra une analyse in situ complète de la comète.

Gfi Informatique est responsable du développement du centre de mission de l’atterrisseur Philae, le SONC (Centre des Opérations Scientifiques et de Navigation). Ce centre de mission permet de transformer les données envoyées par la sonde et les instruments de mesure, à destination des scientifiques (laboratoires français et internationaux) à des fins d’analyse et de partage.

« Nos équipes interviennent sur le projet Rosetta depuis 2001 en étroite collaboration avec les ingénieurs du CNES. Cette longévité de projet demande une attention toute particulière et une gestion très fine du maintien des compétences techniques et métiers des équipes de Gfi. En cette période d’activité intense, c’est au quotidien que nos équipes sont aux côtés du CNES pour contribuer à l’analyse des meilleures conditions d’avancement et de réussite de la mission. Gfi Informatique se félicite de cette collaboration de plus de 13 ans », précise Daniel Guyonnet, Directeur Régional Sud-Ouest de Gfi informatique.

Le SONC, situé au CNES à Toulouse, a pour rôles essentiels, en liaison avec l’ESA (responsable de l’orbiteur) et le DLR de Cologne (centre de contrôle du Lander) :
• D’offrir aux équipes scientifiques les moyens de sélectionner le meilleur site d’atterrissage, en se basant sur les modèles de comète élaborés par les scientifiques lors de l’approche.
• D’élaborer la trajectoire de descente pour atteindre ce site.
• De programmer, avant l’atterrissage et une fois le Lander atterri, l’activité des 10 expériences sous contrainte de l’énergie disponible fournie par les batteries et les panneaux solaires, des capacités de mémoire des électroniques de vol.
• De recueillir et de traiter les données scientifiques mesurées sur la comète et de les mettre à disposition de la communauté scientifique.
• De recueillir et de traiter les données technologiques de suivi du bon fonctionnement des instruments et de les mettre à la disposition des équipes opérationnelles.
• D’archiver ces données à très long terme.

« Depuis le début du processus du choix du site d’atterrissage, toutes les données nécessaires provenant des nombreuses équipes participantes sont récupérées, analysées, gérées, visualisées et mises à disposition via le serveur W3-SONC, pièce centrale du SONC, segment sol développé par Gfi Informatique. Ce serveur, dans lequel Gfi Informatique a mis toutes ses compétences, scientifiques et informatiques, fait l’unanimité des quelques 200 utilisateurs de la communauté Rosetta (ESA, CNES et équipes scientifiques), tant par ses nombreuses fonctions, son ergonomie que par son haut degré de fiabilité. Récemment, l’ajout de fonctions de traitement d’images a joué un rôle très important, » assure Joelle Durand, responsable du développement du SONC au CNES.

Pour ce projet spatial totalement inédit dans sa mission et son déroulement, Gfi Informatique a dû concevoir un système innovant permettant de gérer une grande diversité de données convergeant vers un serveur Web. Le fonctionnement de ce serveur s’appuie sur une base de données et est doté d’outils performants de visualisation 3D. Une fois stockées, les données sont destinées à de nombreux scientifiques qui, en permanence, analysent, échangent et peuvent fournir des données vitales pour la mission.

Mots clésIndustrieAérospatialTransport

Articles liés

Partager